Les coupes prévues par le Canton et la Ville de Genève menacent aujourd’hui la culture. Nous, qui sommes en charge de diverses institutions culturelles genevoises, exprimons notre crainte de voir fortement aggravées les conditions de travail déjà très difficiles des artistes et durablement affaiblir la vie artistique et culturelle de la région. 
 
Dans une période de crise, il est plus nécessaire que jamais de permettre à la société de réfléchir, de s’interroger et de se retrouver autour d’œuvres d’art et de pensée. 
 
Solidaires des revendications du mouvement «La culture lutte» , nous appelons à l’annulation des coupes prévues dans les budgets 2016 de la Ville et du Canton de Genève. 
 
La Parfumerie
 
Plus d'infos sur laculturelutte.ch

 

 ________________________________________________________________
 
Du 9 au 28 février 2016 - du mardi au samedi à 19h - dimanche à 17h
 
Les Larmes des hommes

de Mia Couto

 mise en scène Patrick Mohr


Une création 2013/2014 du Théâtre Spirale
REPRISE 2016

Rés. 022 341 21 21 / contact@theatrespirale.com

"Que le théâtre réjouit lorsqu'il est cette fête des sens et du sens, 
ce carrefour de métissages pertinents et vivifiants." 
Le Temps, 2014.

 Extrait vidéo cliquez ici 
 
 
En collaboration avec les interprètes du projet SOURDS&CULTURE, 
nous proposons des représentations avec langage des signes :
- Dimanche 21 février à 17h
- Vendredi 26 février à 19h
- Samedi 27 février à 19h
 
De Mia Couto (Le Fil des missangas, 2004, éd. Chandeigne)
Traduction : Elisabeth Monteiro Rodrigues
Mise en scène et adaptation : Patrick Mohr
Avec : Amanda Cepero, Cathy Sarr, Iyaima Martínez Navarro, 
Roly Berrío, Lien Rodríguez, Rey Pantoja, Jorge Enrique Caballero
Léo Mohr, Max Michaud, Pablo Gisler
Composition musicale : Roly Berrío, Lien Rodríguez, Rey Pantoja
Scénographie et lumière : Michel Faure

 

Les Larmes des hommes est une création métisse, suisse et cubaine. Métissage qui réunit également sur scène acteurs et musiciens. Le texte reprend six nouvelles réunies dans Le Fil des missangas de Mia Couto. Une missanga, c'est une perle de verre, et comme l'écrit l'auteur "la missanga, tout le monde peut la voir, mais nul ne remarque le fil qui rassemble les perles en un collier coloré Ainsi est la voix du poète. Un fil invisible de silence recousant le temps."

 

Le Fil des missangas est un recueil de vingt-neuf nouvelles, qui nous parlent des petites gens du peuple et de leur lutte pour exister. Mia Couto donne vie à des êtres abandonnés à la recherche de ce qui les relie aux autres et leur donne une existence.
Il s'agit surtout de vibrants portraits de femmes aux prises avec leurs désirs, leurs amours déçues et leurs blessures secrètes; des êtres qui réinventent le réel, de senfants qui revisitent leurs rêves: telles sont les perles (missangas) qui composent cette oeuvre où Mia Couto invente un monde singulier, dans un langage unique et universel. Construite sur une savante harmonie de registres littéraires et populaires et ponctuée de nombreux proverbes, chaque histoire nous ramène sur les sentiers de l'enfance, de la genède de la langue et de la création poétique. Ce réalisme magique rappelle fortement la veine de Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez. 
 
Photos et articles de presse:
www.theatrespirale.com